Un rendez-vous de jolies nanas pour discuter actualités et bons plans

Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, est tombé d’accord avec  la FTC (Federal Trade commission) pour que son réseau social soit plus transparent, et soumis à des contrôles de surveillance durant 20 ans.

Tous les deux ans, un audit sera fait pour voir où en est Facebook au niveau de ses pratiques qui touchent à la vie privée sur Internet. Et tout changement dans les réglages concernant ce sujet sensible devra être approuvé par l’utilisateur. Impossible pour Facebook d’imposer de nouvelles règles sans demander l’avis des inscrits. Mark Zuckerberg s’est même fendu d’un billet de blog dans lequel il explique notamment qu’il pense que son entreprise a été “transparente” depuis sa création. Même s’il avoue avoir fait “quelques erreurs”.

“Je comprends également que beaucoup de gens soient naturellement sceptiques sur le fait que des centaines de millions de personnes partagent autant de données personnelles en lignes”, ajoute-t-il. “Facebook a toujours tout fait pour rester transparent au sujet des informations que nous stockons – et nous avons aidé à mettre en place des outils pour donner aux gens la possibilité de voir et de contrôler ce qu’ils partagent. Mais nous pouvons toujours faire mieux. Je vais me dédier à faire de Facebook le leader dans la transparence et le contrôle autour de la vie privée”.

Avec un lancement en bourse en 2012 pour Facebook, on imagine bien que Mark Zuckerberg veut rendre son entreprise la plus clean possible…

Les éditions Gallimard présentent, jusqu’au 27 novembre 2011, à la Galerie des bibliothèques de la Ville de Paris une exposition intitulée “Portraits pour un siècle, d’un écrivain l’autre”. La maison d’éditions rend ainsi les honneurs aux écrivains qui ont publié et publient depuis pile un siècle en son sein. 

Dirigées par Gaston Gallimard dans un premier temps sous le nom de Nouvelle Revue Française en 1911 sur la demande de ses créateurs, André Gide et Jean Schlumberger, elles crééent leur première collection dite “blanche” la même année. Cette collection compte à ce jour environ 6500 titres parus, 1800 auteurs dont la meilleure vente reste celle de Belle du Seigneur d’Albert Cohen (515 000 exemplaires).

Aujourd’hui, le patron, c’est Antoine Gallimard et il dirige plus de quarante collections. Les Editions Gallimard ont édité plus de trente prix Goncourt, autant de prix Nobels de la littérature et une dizaine récompensée du prix Pulitzer. L’exposition ” Portraits pour un siècle” de la rue Malher enchantera tous les passionnés de littérature car elle offre non seulement l’émotion unique de circuler au milieu de visages emblématiques de l’Histoire de notre littérature ( Marcel Proust, André Malraux, André Gide, Raymond Queneau, Marguerite Yourcenar, Marguerite Duras…) mais également le loisir de (re)découvrir la calligraphie de ces auteurs tant aimés, de sourire à leurs caprices de publication, à leurs remerciements et à leurs indignations où se manifestent l’égo de ces grands hommes ( et femmes!) de lettres.

Penchés sur les présentoirs vitrés, les visiteurs peuvent déchiffrer les lettres originales des grands écrivains et écrivaines et peuvent aussi admirer des photographies sur les murs.

En sortant de cette balade au coeur de la Littérature, on est pris d’une frénésie de lecture!

Le Palais Namaskar, c’est son petit bijou.  L’argent investi, le temps passé à en surveiller les moindres détails, et la passion déployée pour en faire un hôtel de très haut standing,  ont poussé son propriétaire, Philippe Soulier, à sélectionner avec soin les professionnels destinés à en animer les différents services. Parfait pour un weekend sans souci avec son aimé!

Philippe Soulier est un passionné des voyages et a puisé des principes de vie fondamentaux lors de ces différentes escales. Entre autres choses, le Feng Shui, science orientale visant l’harmonisation de l’énergie environnementale d’un lieu de manière à favoriser la santé, le bien-être et la prospérité de ses occupants.

Son but était de construire l’hôtel idéal, contemporain et intemporel, luxueux et efficace, intime et personnalisé. Après deux années de négociation avec les grands opérateurs du luxe, il a opté pour le groupe Oetker, qui va pouvoir étendre son portefeuille d’activités, en plus de sa collection d’établissements exceptionnels en France et en Allemagne, et demain au Moyen-Orient.

Le Palais Namaskar, situé à proximité de la Palmeraie de Marrakech, dans un parc de 4 hectares, offre 21 villas individuelles et 20 suites dans le bâtiment principal, ainsi qu’un spa Guerlain. Le choix de Guerlain s’est fait en raison de l’affinité de la maison avec la philosophie orientale des soins, et de son expertise particulière concernant les soins du visage. L’homme d’affaires a été séduit par sa gamme de produits Orchidée Impériale, issue de la recherche menée en laboratoire sur les facteurs de longévité des orchidées sauvages issues du triangle d’Or asiatique.

La décoration est le fruit du travail d’Imaad Rahmouni, architecte décorateur ex- collaborateur de Philippe Starck.

L’ouverture prévue en mars 2012.  Une bien belle offre hôtelière en perspective pour les amateurs de luxe contemporain.

Weeds: nous voilà fixés!

Le suspense était devenu insoutenable, Showtime tardant à annoncer si la série Weeds allait être reconduite pour une saison supplémentaire ou non. MAis ça  y est, le renouvellement de la série pour une huitième saison vient d’être confirmée et créatrice vient même d’obtenir le feu vert de Netflix pour sa nouvelle série…

Fin du suspense : Weeds aura bel et bien une saison 8 ! Showtime vient de l’annoncer après avoir laissé planer le mystère depuis la mi-septembre et la fin de la saison 7. Des négociations difficiles avec Mary-Louise Parker en sont peut-être la cause car, avec des audiences inférieures, The Big C avait obtenu une saison supplémentaire bien plus rapidement. La chaîne n’a toutefois pas précisé pour le moment s’il s’agissait de la dernière saison. Comme d’habitude, la diffusion est prévue pour l’été 2012.

Jenji Kohan, la créatrice de Weeds, assure ses arrières en parallèle grâce à un nouveau projet qui vient d’obtenir le feu vert de Netflix pour une première saison de 13 épisodes. Orange Is The New Black racontera, dans un format de 26 minutes, le quotidien d’une prison pour femmes de sécurité minimale du Connecticut en compagnie d’une héroïne incarcérée pour trafic de drogues et détournement de fonds alors qu’elle venait tout juste d’obtenir son diplôme. Il s’agit de la seconde série de Netflix après House of Cards signée David Fincher qui débutera en 2012.

Attention, nouvelle actualité Madonna! ça sent le roussi me direz-vous? pas du tout, ça va sentir… Madonna puisque la star s’apprête à sortir son propre parfum pour début 2012. On avait déjà pu observé que Madonna faisait dans la diversification. Nouvelle tentative donc pour la star.

Disques, films, livres… la star ne chôme jamais et s’essaie à tout. Parfois ça marche, youpi ! Parfois pas du tout… flop.Comme rester sur un échec n’est pas vraiment son style (on pense à son film W.E.), Madonna va pour un moment oublier les caméras et se tourner vers une autre industrie, celle du parfum. Vous l’avez compris : à l’instar de ses collègues stars, elle va lancer le sien. Il s’appellera Truth or Dare By Madonna et sera disponible l’année prochaine.

Sentira-t-il bon ? On l’espère vu que la ligne de cosmétique qui va avec sortira en même temps. Ainsi les fans de la chanteuse pourront se doucher Madonna, se crémer Madonna et, bien évidemment, se parfumer Madonna. Une bonne nouvelle, non ? Et pour les plus fans d’entre eux, la ligne de vêtements assortie débarquera également courant 2012. La ligne sera destinée aux femmes âgées de vingt-sept à cinquante ans (dommage pour celles qui en ont vingt-six) et proposera même chaussures, accessoires et sacs. Elle sera en vente chez Macy’s et arrivera peut-être en France en 2013.

Une affaire qui promet de rouler…

Natalia Vodianova ne finira pas de nous étonner niveau style vestimentaire. Aimant varier les styles et les accessoires, n’hésitant pas à avoir recours à des assortiments parfois surprenants, elle fait rarement preuve de mauvais goût.

On ne sait pas bien si c’est elle qui influence la mode ou si la mode l’influence, mais en tous cas la top sert à merveille l’image des grandes marques avec lesquelles elle a travaillé (Vuitton, Nina Ricci, Guerlain), en arborant des tenues à la fois originales et à la pointe des tendances.

Si la mannequin puise bien son inspiration quelque part, elle fait toujours preuve d’un goût bien personnel qui ne ressemble à aucun autre, et tout ça avec une élégance et une assurance qui force l’admiration. La preuve au dîner hommage à l’artiste allemand Anselm Reyle organisé chez Dior mercredi dernier à Paris.

Ce soir-là, elle est apparue vêtue d’une robe rose poudré délicatement drapée au niveau du buste. Une pièce légère et de longueur rétro qu’elle a agrémentée de quelques accessoires pour le moins inattendus.

Sur son corps de Vénus figuraient en effet un sautoir d’esprit médiéval orné d’une tête de mort,  et sandales aux brides vertes en serpent. C’est ce qu’on appelle faire preuve d’audace en n’hésitant pas à marier des genres et des couleurs qui n’ont a priori pas grand chose à voir.


Il a laissé tomber sa dernière ligne féminine de prêt-à-porter il y a un an, mais Karl Lagerfeld a bien l’intention de relancer sa marque en ciblant le grand public et en profitant de l’enthousiasme des consommateurs pour les ventes de mode en ligne.

La société Karl Lagerfeld BV, majoritairement détenue par le fonds Apax Partners qui a consenti de “substantiels” investissements dans l’entreprise, veut lancer une “nouvelle marque mondiale” sous la houlette créatrice de Karl Lagerfeld, a déclaré lundi une porte-parole de la société.

D’abord, une ligne de prêt-à-porter baptisée “Karl” sera vendue exclusivement sur internet à partir de janvier 2012. Une centaine d’articles fabriqués en Europe et en Asie seront proposés entre 60 et 300 euros, d’abord sur le site Net-à-porter, avec lequel a été signé un accord d’exclusivité pendant un mois, puis via un site propre développé par Karl Lagerfeld BV. La collection sera disponible à partir du printemps dans quelques boutiques sélectionnées, a précisé la société dans un communiqué.

Ensuite,  une autre ligne, “Karl Lagerfeld Paris”, verra le jour à l’automne 2012. Plus créative et aussi plus chère (les prix oscilleront entre 300 et 2.000 euros), elle sera fabriquée sous licence par l’italien Ittierre et commercialisée dans les magasins multimarques et les grands magasins.

Les deux lignes proposeront des accessoires (sacs, chaussures, montres, bijoux) qui devraient à terme représenter environ la moitié de leur chiffre d’affaires.

La société entend surtout profiter de la formidable croissance des ventes de mode sur internet. Les ventes mondiales de luxe en ligne devrait ainsi grimper de 25% en 2011, selon les estimations du cabinet Bain & Co, pour une croissance globale du marché du luxe estimée à 13%.

Karl Lagerfeld, artisan du succès continu de Chanel depuis près de 30 ans et qui assume aussi la direction artistique de la griffe italienne Fendi (propriété du groupe LVMH), prête en effet son nom depuis des années à des produits parfois très éloignés du monde de la mode. Depuis les bouteilles de Coca-Cola Light à son effigie aux collections de lunettes pour la chaîne Optic 2000, en passant par des tenues de poupée Barbie, le couturier a multiplié les contrats avec des marques sans pour autant ternir celle de Chanel ou de Fendi.

Ce grand écart est étroitement géré par Karl Lagerfeld BV, qui reste “très vigilante dans le choix des marques face à des demandes quasiment incessantes”, a indiqué son PDG. Ce qui fait la force de l’homme au catogan et aux lunettes noires, c’est “une créativité qui peut s’exprimer au-delà du seul monde de la mode”, a-t-il ajouté.

 

Tag Cloud