Un rendez-vous de jolies nanas pour discuter actualités et bons plans

Archive for May, 2012

Un manifeste pour la chamade

Je vais jouer les mamies réactionnaires dans le domaine de l’amour, mais j’assume. Je voudrais parler aujourd’hui de La Chamade, concept noble et pourtant méprisé qui à tendance à disparaître. Voilà mon manifeste pour la chamade. 

La définition première du mot chamade signifie un signal de tambours ou trompettes annonçant qu’on se rend, qu’on se retire du champs de bataille. On vous laisse imaginer ce que cette jolie définition a comme implication quand on s’aventure du coté du sentiment amoureux. Et c’est bien pour ça que notre coeur « bat la chamade », quand un être accapare notre attention.

Mais le dit-on vraiment encore, que notre coeur « bat la chamade »? N’est-ce pas un tantinet désuet? A la place, nous aurions plutôt tendance à dire qu’on est « a fond sur elle ou lui », qu’on est « in love », qu’on l’ « adore », qu’on le/la « kiffe », etc. Est-ce seulement une expression qui disparaît, ou avec elle tout un pan du romantisme français, chéri il y a encore quelques années dans les films, dans les livres et même dans l’imaginaire de certaines marques de luxe.

La Chamade, c’est avant tout un roman de Françoise Sagan paru en 1965 qui raconte l’histoire de Lucile, 25 ans et amante du riche Charles, plus âgé qu’elle. Belle à tomber, légère et oisive, elle tombe amoureuse d’Antoine, du même âge qu’elle, devant lequel sont coeur bat la chamade. Le roman a été adapté en 1968 par Alain Cavalier. Catherine Deneuve y jouait le rôle de Lucile, Michel Piccoli celui de Charles.

Dans l’univers de la parfumerie, les grandes maisons n’hésitent pas à filer les métaphores autour de l’amour, le parfum étant un atout majeur de séduction. Comment passer à coté de la chamade quand on veut qu’une fragrance soit un hymne à l’amour? Justement, Guerlain a crée la Chamade en 1969, un parfum en mémoire de ce moment exceptionnel, une capitulation devant l’amour. Conçu pour les femmes romanesque et audacieuses, il reste un parfum de légende.

Hier, on nous faisait donc croire à la valeur  et à la beauté de cet état, à cette capitulation sentimentale. Aujourd’hui, on les dénie, on se déniaise, et les comédies que l’on nous sert sont beaucoup moins fleur bleue, se veulent plus trash, plus complaisamment détachées de la profondeur de l’amour. Sexfriend est un exemple de la série de comédies romantiques sorties ces dernières années qui semblent élever le sexe comme un rempart contre la souffrance que peut induire le sentiment amoureux.

La chamade  devient presque un concept honteux, signe de faiblesse, de domination. Pourquoi ne pas l’assumer pleinement? Car il n’y a rien de plus beau et de plus excitant que  de se rendre à son bien aimé.

Le slow cosmétique: un concept à suivre de près

Produits cosmétiques promettant monts et merveilles à coup d’éléments anti-oxydants, réparateurs ou cicatrisant , crèmes de jour, crèmes de nuit, les marques cosmétiques multiplient les coups marketing pour pousser à acheter des soins censés rendre plus beau.  Julien Kaibeck, se fait le hérault du concept de la « slow cosmétique », pour prendre soin de soi différemment.  

Le slow cosmétique définit une manière nouvelle et liée au bon sens plus qu’à des soit disant produits miracle pour entretenir sa peau. Le chiffre choc avancé par le jeune diplômé de science po: 3 500 euros par seconde dans le monde sont dépensés pour des soins cosmétiques. Malheureusement, l’auteur déplore que la majorité de ses soins « sont remplis d’eau et d’ingrédients synthétiques ou chimiques, le plus souvent inertes et inactifs. Pire, beaucoup d’ingrédients utilisés dans les cosmétiques sont aujourd’hui critiqués pour leur impact néfaste sur la santé ».

Aromathérapeute et journaliste spécialisé, Julien Kaibeck souligne aussi les effets écologiques néfastes de cette consommation frénétique.  ne fait pas non plus l’impasse évidemment, sur l’impact environnemental de cette consommation effrénée.

C’est un concept à elle toute seule l’expression de « slow cosmétique ». Elle définit les produits répondant une série de critères combinés. Cette philosophie du soin se doit d’être:

  • Smart, c’est-à-dire répondre de façon adéquate à des besoins réels de notre peau ;
  • chargée de bon sens. Autrement dit, la « slow cosmétique » ne crée pas de besoins nouveaux pour la peau. Et elle limite le nombre de produits qu’il est nécessaire d’utiliser. Enfin elle ne promet pas l’impossible ;
  • Naturelle et écologique

Enfin, elle doit inciter à se faire plaisir simplement, en nous rapprochant de l’authenticité des végétaux et des minéraux, salutaires pour le corps et l’esprit.

Dans son livre, Julien Kaibeck fait aussi part de recettes « maison » pour nos petites séances bien-être, en utilisant les ingrédients les plus naturels et communs qui soient: sucre, du sel, du lait, de l’huile, de l’argile, du vinaigre. En prime, des astuces pour une bonne hydratation de la peau, l’atténuation et la prévention des rides, la protection du soleil etc.!

Les astuces beauté de Victoria Beckham: du placenta de brebis

Défier les lois du temps quand il s’agit de conserver une jolie peau lisse et saine, demande parfois le recours à des solutions extrêmes. L’astuce de Victoria Beckham? Du placenta de brebis étalé sur le visage.

Ne pas sourire aux photographe et arborer le même air sinistre sur les tapis rouge n’est pas la seule astuce de Victoria Beckham pour conserver un teint juvénile. Comme Kim Kardashian ou de Jennifer Lopez, elle a recours aux services du dermatologue des stars qui tient son cabinet à Beverly Hills, le docteur Harold.

Ce spécialiste propose des remèdes façon pierre philosophale à des clientes avides de jeunesse.  Il a lancé une ligne de produits cosmétiques à son noms et a déjà été invité à plusieurs émissions de télévision. Ses produits et traitements miracles rencontrent un vrai succès chez les stars et ont fait sa réputation.

Victoria Beckham vient le consulter pour un traitement très spécial, qui dure environ 90 minutes. Le médecin commence par lui ouvrir les pores à l’aide d’une ampoule LED rouge avant d’étaler sur sa peau une lotion fabriquée à partir de placenta de brebis mélangée à de petits éclats d’or. Il s’agit de brebis élevée en Nouvelle-Zélande, garanties zéro pollution, et donc ne véhiculant aucune impureté. Il est également précisé que les animaux ne subissent aucun mauvais traitement pour la récupération du placenta.

Une séance coûte la bagatelle de 400 euros.  Bien peu de chose pour la femme d’un richissime footballeur à qui l’on a pas dit qu’un sourire ne coûtait rien.

Michelle Yeoh, ambassadrice de la ligne de soin Orchidée impériale

Nous savions que la maison Guerlain avait choisi Michelle Yeoh comme nouvelle ambassadrice. La collaboration de la belle et de la maison de parfum se précise puisque Michelle Yeoh devient la représentante de la ligne de soin “Orchidée Impériale”.

Guerlain ne pouvait pas faire un meilleur choix en jetant son dévolu sur l’actrice et productrice malaisienne. Sa beauté et son profil engagé portent à merveille une gamme chère à la maison de parfum puisqu’elle est le Hérault de l’engagement environnemental de Guerlain ainsi que de son innovation constante en matière de soins.

La maison a en effet mis en place un programme d’étude des orchidées afin de contribuer à leur protection tout en se penchant sur leur potentiel scientifique en matière de beauté. Le parfumeur Français a installé une réserve de 600 hectares dans le Yunnan afin d’étudier les orchidées dans leur milieu naturel. Elles sont ensuite hybridées en Suisse, puis testées afin de pouvoir sélectionner les plus performantes, qui servent de matière première à la gamme « Orchidée impériale ». Une démarche qui sert à la fois la qualité des soins Guerlain et la protection de l’environnement.

Michelle Yeoh, surnommée la “Jackie Chan au féminin” en raison des nombreux films d’arts martiaux qu’elle a tourné, fait pourtant figure d’exception en regard de son engagement dans de nombreuses luttes. Elle est également l’ambassadrice de plusieurs associations médicales, dont l’amfAR (fondation américaine pour la recherche contre le SIDA).


Laurent Boillot, PDG de Guerlain se félicite de son choix: “Au-delà de son extrême beauté, Michelle est une femme d’engagement dans plusieurs domaines et nous sommes heureux qu’elle soit aujourd’hui le porte-parole de la beauté et de l’élégance à la française au sein de notre Maison”. 


Tag Cloud